Loading...

Zidane et les finales, c’est tout une histoire

Zinédine Zidane et les finales, c’est déjà un roman, avec les chapitres Coupes du monde, les deux buts de la tête en 1998 et son exclusion en 2006, sans oublier la Ligue des champions et ce but d’extra-terrestre en 2002 sous le maillot du Real Madrid.

 

 

samedi, « Zizou » essayera d’écrire une nouvelle page de son histoire. Dans le costume d’entraîneur du club madrilène cette fois, face à l’Atletico Madrid en finale de la C1 à Milan. Dans le célèbre documentaire « Les yeux dans les Bleus », racontant de l’intérieur l’épopée de l’équipe de France en 1998, on voit notamment Zidane chanter « On ira tous au paradis ». L’Eden, il aura la sensation d’y être s’il devient le premier entraîneur français à soulever la Coupe aux grandes oreilles.

S’il y parvient, celui qui fêtera ses 44 ans en juin, songera forcément à un été 1998 et au mentor qui a changé sa vie: Aimé Jacquet. « C’est lui qui m’avait conseillé d’aller faire un tour au premier poteau brésilien car il avait remarqué l’absence de défenseur, là, exactement », se souvenait Zizou en évoquant la finale du Mondial 1998 dans France Football.

La brique de Roberto Carlos

Autre finale, autre Coupe du monde, autre coup de tête, autre mois de juillet, triste histoire cette fois: huit ans plus tard, « ZZ » assène un coup de tête dans le torse de l’Italien Marco Materazzi en finale du Mondial 2006 en Allemagne. Le N.10 est exclu, sa carrière s’arrête sur ce geste et la France perd cette finale aux tirs au but contre l’Italie (1-1 a.p.; 5 t.a.b à 3) le 9 juillet 2006 àBerlin.

Son sélectionneur de l’époque n’a toujours pas digéré ce coup de sang et ce coup de boule. Dans « Mon dico passionné du foot », Raymond Domenechexonère Thierry Henry qui « a sacrifié son image (avec sa passe de la main pour envoyer les Bleus au Mondial 2010, NDLR) au profit de l’équipe de France » quand Zidane a « sacrifié les chances de l’équipe de France au profit de son orgueil ».

Loading...