Loading...

Ibra, le boss de Las Vegas

Depuis deux jours, les stars du PSG affolent la toile car elles ont choisi de passer leurs trois jours de repos à Las Vegas (Etats-Unis), la capitale mondiale du jeu. Dans ce palace cinq étoiles, au milieu de baigneuses ravies, Ibrahimovic, Pastore, Sirigu ou encore Papus Camara, l’entraîneur adjoint de Laurent Blanc, sirotent des cocktails l’après-midi avant d’aller tenter le jackpot la nuit venue.

Faut-il s’en offusquer ? Mais s’agacer de quoi, au fait ? Le championnat de France n’est pas fini, et les Rennais pourraient en profiter vendredi soir au Parc des Princes ? Avec les joueurs restés à Paris, Laurent Blanc constituera une équipe très compétitive. A peine remis de sa pubalgie, Marco Verratti s’est obligé à un long et pénible périple ? En classe Premium, le petit Italien ne risque pas d’avoir les jambes pliées en deux comme un voyageur de classe éco d’Easy Jet…

L’essentiel est ailleurs. Il suffit de regarder les nombreuses photographies de cette joyeuse colonie de vacances pour comprendre comment fonctionne le PSG. Cette observation est beaucoup plus intéressante que de vouloir faire la morale à peu de frais. Clairement, Ibra dirige un clan. Avec ses lunettes de soleil et sa tenue noire, le boss s’impose au milieu de ses coéquipiers. Le Suédois organise et décide de tout. Les images démontrent aussi une vraie complicité entre ces hommes tous venus d’Italie. Unis dans la victoire comme dans l’adversité.

Sans crainte, la bande d’Ibra semble défier l’autorité de l’institution du club du Qatar. Imagine-t-on cela avec le Barça, le Bayern ou Manchester United ? Au moment de la négociation du contrat d’Ibrahimovic, un signal puissant est envoyé au président du PSG. Ce voyage pourrait bien être le pot de départ version milliardaire d’Ibra à l’issue de la saison. Les Parisiens n’auront pas le temps de fêter leurs titres puisque l’Euro 2016 arrivera très vite dans la foulée des fins de championnat. Quoi qu’il arrive, qu’il parte ou qu’il reste, Ibra anticipe et gère la maison PSG à sa guise. Le club de la capitale ne peut rien dire ?

Pas évident. Alors que ses coéquipiers du Racing 92 se qualifiaient aux dépens de Leicester, dimanche 24 avril, pour la première finale de l’histoire du club en Coupe d’Europede rugby, Martin Leandro Castrogiovanni prenait lui aussi le soleil aux Etats-Unis dans la capitale aux côtés des joueurs du PSG.

Reconnaissable à son tatouage sur l’épaule gauche, le pilier Italien a été pris en flagrant délit par les paparazzis. Mardi soir, le club des Hauts-de-Seine a tranché sans hésiter. Le communiqué est implacable: « Le Racing a décidé de mettre à pied son joueur et de lancerune procédure juridique». Double champion d’Europe en titre avec Toulon, Castrogiovanni a peu de chance de réintégrer l’effectif du Racing pour la finale de la coupe d’Europe à Lyon, mi-mai. Une question de principe, peut-être ?

Loading...